Brouilly, Côte de Brouilly et Beaujolais

Bien que les Brouilly et Côte de Brouilly ne se déclinent pas en « Beaujolais Nouveau », ils appartiennent au même terroir. Un terroir qui, les lendemains de la sortie de la nouvelle cuvée, est parfois victime de mauvaise réputation. Et ce n’est pas juste. On vous explique pourquoi : imaginez…
Le 21 novembre prochain sera le jour de la sortie du Beaujolais Nouveau. Vous serez très largement avertis par les nombreuses exclamations vous invitant à fêter cette « vino-nativité » : « Le Beaujolais nouveau est arrivé ! » Les plus impatients iront s’accouder à un comptoir dès 11h du matin et la valse des commentaires pourra alors commencer :
« Hummmm, ah ouais…, un p’tit goût de banane cette année. Claquement de langue. Pas mal, pas mal. Bruit du verre que l’on pose sur le zinc . Tiens, tu m’en remets un s’il te plaît ? Merci Descartes* ! »
« Goût de banane, … n’importe quoi, banane toi-même ! Les arômes sont magnifiques ! Fruits noirs, pivoine, lilas, épices, réglisse… »
« … moi, je trouve qu’il a une très belle robe, elle est dense avec des reflets fuchsia. Tiens, tu nous en remets un Descartes ! »

La soirée du Beaujolais Nouveau

Et le temps s’égrainera, les dégustations se succèderont jusqu’au soir, moment culminant de cette journée. Impeccable et inévitable prétexte pour faire la fête, le Beaujolais Nouveau fédèrera autour de ses verres aux teintes empourprées des milliers de consommateurs qui videront des milliers de bouteilles. (Pour information, 25 millions de bouteilles sont commercialisées en France). Ne croyez pas que ces scores soient réservés aux seuls Français, internationalement réputés pour leur amour du vin. Au Japon, ce soir-là, l’enthousiasme est à son comble et pousse à d’étonnantes extravagances : les Japonais se plongent dans des bains chauds de Beaujolais Nouveau !
Alors évidemment, une fois n’est pas coutume, les excès de consommation rendront les lendemains moins chantants qu’à l’ordinaire ! On peut même penser que ça piquera les yeux et fera mal aux cheveux ! C’est alors que la mauvaise foi de certains leur fera prononcer l’absurde et fatidique mensonge : « Le Beaujolais, ça donne trop mal à la tête… » . Il faudrait juste remplacer « Beaujolais » par « excès » pour que la phrase soit juste !

Et pendant ce temps-là en Terre des Brouilly

Nous, vignerons de Brouilly, nous dégusterons aussi le Beaujolais Nouveau de nos voisins, frères et amis. Avec modération et en rêvant à des lendemains qui chantent. Nous imaginerons ensemble les arômes et textures qu’offriront nos futures cuvées, encore en fûts, et qui, lentement, se bonifient jusqu’au printemps prochain. Nous aimons et connaissons notre terroir, labélisé « Géoparc mondial UNESCO » pour le caractère remarquable de sa géologie. Nous savons que c’est lui qui apporte à nos Brouilly et Côte de Brouilly ses saveurs exceptionnelles et son goût singulier. Le soleil peut à présent se lever et briller sur les monts du Beaujolais.

* Il fut un temps où l’on jouait aux cartes au bistrot. Le marketing ne s’appelait pas encore comme ça, mais on aimait déjà fidéliser les clients. Le patron mettait donc des jeux de cartes à la disposition de ses consommateurs. Ces derniers réclamaient « Des cartes ! » et le patron envoyait le serveur leur apporter un jeu. Un auteur plein d’humour, Raymond Queneau, baptisa ainsi le personnage d’un serveur apparaissant dans un de ces romans. On a eu envie de lui faire un clin d’œil.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Découvrez toutes les actualités de Brouilly sur notre blog visitez notre blog.